The Girl Next Door
Culture et autres futilités...

Club de lecture : deuxième acte

Nous étions neuf hier soir à nous retrouver au Café livres autour d'un verre et du livre de Tatiana de Rosnay "La mémoire des murs". J'ai pour ma part passé un moment très agréable à discuter de ce livre et d'autres choses !


Avant le débriefing, voici un bref rappel de l'histoire de ce roman :

L'appartement correspondait exactement à ce que Pascaline, informaticienne quadragénaire, imaginait pour sa nouvelle vie de femme divorcée, sans enfants. Un deux-pièces calme et clair qui donne sur une rue animée. Mais à peine installée, Pascaline apprend par une voisine qu'un drame s'est déroulé dans ces lieux. Comment vivre dans des murs marqués par l'horreur ? Comment continuer à dormir là comme si de rien était ? Et pourquoi Pascaline ne cesse-t-elle d'y penser ? Lentement mais sûrement, par touches infimes, cette tragédie fera resurgir chez Pascaline une ancienne douleur, une fragilité secrète restée trop longtemps enfouie. Seule face à la mémoire des murs, elle devra affronter son passé.


Les avis sur ce livre ont été assez mitigés. Ce roman, qui peut faire froid dans le dos au cours de ses premières pages, se révèle au fil de la lecture très sombre, peut-être un peu trop d'ailleurs pour certains participants.

Plus que l'histoire en elle-même, c'est surtout le personnage de Pascaline qui a fait débat.

Si certaines d'entre nous ont pu être très touchées par  cette femme seule et hantée par ses souvenirs, d'autres n'ont pas été sensibles à sa personnalité trop négative et obsessionnelle. Il sera d'ailleurs intéressant d'avoir l'avis de nos recrus masculines sur ce sujet le mois prochain.

Tout le monde était néanmoins d'accord sur le fait que l'écriture de Tatiana de Rosnay apporte au livre une fluidité très appréciable et en fait un livre agréable et rapide à lire.

D'autres remarques ont porté sur l'histoire de ce livre. Écrit quelques années avant Elle s'appelait Sarah, Tatiana de Rosnay explique dans la préface de ce livre les liens entre ces deux livres. Certaines personnes ayant pu lire Elle s'appelait Sarah ont d'ailleurs été frappés par les ressemblances entre ces deux histoires. En fin de compte, on peut se demander si La mémoire des murs n'a pas été une sorte de travail préparatoire au roman qui a fait connaître Tatiana de Rosnay. 

Pour terminer, j'ai trouvé cette petite vidéo un peu bizarre tournée à l'occasion de la réédition de la Mémoire des murs en 2008... A vous de me dire si elle reflète bien l'ambiance du livre.



Notre prochaine rencontre est prévue le jeudi 17 février dès 18h30. Nous échangerons autour des Particules élémentaires de Michel Houellebecq. Une chose est sûre : il y aura matière à débattre !



Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaires:

delphinesbooks a dit…

Super succès !
C'est génial que les clubs de lecture marchent bien comme ça !

Enregistrer un commentaire