The Girl Next Door
Culture et autres futilités...

L'expo Brune / Blonde à la Cinémathèque

La chevelure féminine, toute une histoire dans le cinéma... A tel point que la Cinémathèque, à travers son exposition Brune/Blonde, a choisi de la mettre à l'honneur.

Penélope Cruz ; Etreintes brisées, Pedro Almodóvar, 2009

De Catherine Deneuve à Penelope Cruz en passant par Marilyn Monroe et Rita Hayworth, le cheveu s'expose. Brunes et blondes, sans oublier les rousses ; cheveux courts ou cheveux longs ; voilées ou sensuelles, aucun n'est oublié. 

Car les cinéastes, grands pourvoyeurs d’icônes, ont façonné les actrices, et inventé des styles qui ont guidés la mode de générations entières. Les cheveux courts dans les années 20 (Louise Brooks), les chevelures platinées dans les années 30 (Jean Harlow), les teintures rousses flamboyantes dans les années 40 (Rita Hayworth), les coiffures lâchées à la Brigitte Bardot dans les années 50, les coupes androgynes à la Jean Seberg dans les années 60, la blondeur souveraine de Catherine Deneuve ou les provocations capillaires façon Madone latine de Penélope Cruz.


Catherine Deneuve, Belle de jour, Luis Bunuel, 1966 © StudioCanal

Mais Brune/Blonde n'est pas seulement une exposition sur le cinéma, elle offre également au visiteur un regard plus large sur l'art en général. Car en peinture, en photographie et en sculpture aussi, la chevelure des femmes joue un rôle important et constitue une source d'inspiration intarissable.


© Francesca Woodman, Untitled, New York, 1978-80

 L'exposition se présente de manière fluide et linéaire selon cinq thèmes : le mythe où le cheveux est présenté comme source d'inspiration, l'histoire et la géographie de la chevelure féminine où l'impérialisme de la blondeur est confronté à l'émancipation des femmes, la gestuelle où la chevelure devient un moyen d'expression, de séduction, les grands scénarios où est abordé, en vidéo, les trois thèmes récurents en matière de chevelure (la rivalité brune/blonde, la métamorphose et le sacrifice) et enfin le cheveu matière où le cheveu devient objet d'art.

Au final, ce n'est pas seulement la chevelure qui est mise en avant mais la femme tout entière.


Rita Hayworth dans "Gilda"

La force de cette exposition réside également dans les projections d'extraits de films et les archives télévisées rares qui la ponctuent et illustrent parfaitement chaque thème. Au final, il est facile de se perdre 2 bonnes heures dans l'exposition puisqu'à la fin du parcours, six courts métrages sur le thème du cheveu réalisés spécialement pour l'exposition sont présentés.

Bref, une exposition très belle, servie par une scénographie très efficace et au final un excellent moment passé.

Alors ? Brune ou blonde ?


Du 6 octobre 2010 au 16 janvier 2011
Du lundi au samedi de 12h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 22h. Dimanche de 10h à 20h. Fermeture le mardi.
Plein tarif : 8 € / Tarif réduit : 6,50 € / Moins de 18 ans : 4 € /


Vous l'aurez compris, courez-y !
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

La Foutrement plus que vous.. a dit…

Moi je suis quand même un peu sceptique... Bon en meme temps après l'expo d'YSL j'vais avoir du mal à voir de telle expo... J'ai du mal à cerner Brune ou Blonde, j'y vois mal l'intérêt... Même si j'ignore pas que ça doit être intéressant, je conclue qu'en fait c'est pas pour moi :)
Pourtant j'aime d'amour le cinéma et l'art...

soukee a dit…

J'y vais demain ! Elle me fait de l'œil depuis trop longtemps pour que j'y résiste ! ;)

unefilleaparis a dit…

Pas mal du tout..

Enregistrer un commentaire